Wunderkammern

Trouvailles pour esprits curieux

Thrace de chant. Sulla Lira par Le Miroir de Musique

Peintre italien anonyme Jeune homme avec une lira da braccio

Artiste italien anonyme (Florence ?),
Jeune homme tenant une lira da braccio, c.1510-20
Huile sur bois, 78,4 x 55,5 cm, collection privée

 

Ricercar fête cette année ses 35 ans et il semble bien que le label dirigé avec courage par Jérôme Lejeune ait décidé, à cette occasion, de rappeler une des raisons qui lui ont donné une place de choix auprès des amateurs de musique ancienne : sa capacité à proposer des œuvres peu fréquentées portées par des ensembles talentueux qui, souvent, font leurs premiers pas chez lui, comme jadis le Ricercar Consort ou, dans un passé plus récent, Vox Luminis. Je ne vous parlerai pas du disque peu convaincant dédié à Cipriano de Rore célébrant officiellement cet anniversaire qui apporte hélas surtout la preuve qu’on ne s’improvise pas interprète du répertoire de la Renaissance ; je préfère me concentrer sur des projets plus pertinents et aboutis, tel le Sulla Lira que nous offre aujourd’hui le Miroir de Musique.

Le fil conducteur de cette anthologie qui conduit l’auditeur du dernier quart du XVe siècle aux premières décennies du XVIIe siècle est Orphée, dont les humanistes s’emparèrent tôt de la figure pour en faire un des symboles de la Renaissance, celui du poète et musicien détenteur d’une sagesse supérieure, capable par son art subjuguant et mystérieux de tenir en respect les forces sauvages et même d’affronter la mort, et illustrant par là-même les vertus de la civilisation. Si les intellectuels renaissants eurent, comme pour tout ce qui touchait à l’Antiquité classique, le sentiment d’avoir retrouvé Orphée, celui-ci n’avait, en fait, jamais vraiment disparu des esprits comme des écrits et l’on peut suivre sa trace, sous une forme certes christianisée, durant tout le Moyen Âge. N’est-ce pas Fulgence qui, au début du VIe siècle dans ses Mitologiæ, indiqua, en se fondant sur une étymologie toute personnelle visant à redéfinir la mythologie sous un angle spirituel, Anonyme italien dernier quart XVe siècle Orphée au luth qu’Orphée (ôraia phonê : « belle voix ») et Eurydice (eu<r> dikê : « juste parole ») personnifiaient deux aspects de la musique, l’éloquence des mots et le pouvoir émotionnel des harmonies ? Les écrits de Fulgence, tout comme ceux de Boèce sur le même sujet, furent largement diffusés et assurèrent la continuité de la transmission de la légende orphique à l’époque médiévale, parfois sous des apparences inattendues comme celles de l’amour courtois. Marsile Ficin, traducteur présumé des Hymnes orphiques, et son élève Ange Politien, héritèrent donc, à la Renaissance, d’une tradition encore vive. Une relative unanimité se fait aujourd’hui sur la date de 1480 pour la création de La fabula di Orfeo du second, une œuvre mi-récitée, mi-chantée dont la transmission problématique – le texte a été transformé au cours du temps et la musique n’a pas été préservée – oblige à un patient travail de reconstruction (je conseille d’écouter la version dirigée par Francis Biggi, parue chez K617 en 2007) d’autant plus nécessaire que cette fable peut être regardée comme l’archétype du genre de l’opéra qui, quelque 127 ans plus tard, connaîtra son premier accomplissement « moderne » avec L’Orfeo de Monteverdi et Striggio.

Le florilège proposé par le Miroir de Musique s’ouvre fort judicieusement sur un extrait de cet Orfeo des origines avant de partir à la recherche des traces du chant « à la manière d’Orphée », c’est à dire accompagné à la lira. L’instrument désigné par ce mot n’est pas le même suivant les époques ; il a évolué en fonction des progrès et des innovations de la facture instrumentale, dont témoigne une riche iconographie. Si l’on trouve des représentations d’Orphée s’accompagnant au luth, comme dans un manuscrit de l’Énéide de Virgile réalisé dans le dernier quart du XVe siècle pour Ferdinand II d’Aragon, l’instrument qui a ensuite tendance à s’imposer est la lira da braccio qui, comme son nom l’indique était tenue sur le bras ; elle devint un des partenaires privilégiés du chant ou de la déclamation solistes, avec la vièle à archet (je renvoie le lecteur curieux à l’éblouissant disque Fermate il passo signé par Anonyme allemand premier quart XVIe siècle Orphée charmant les animauxVivabiancaluna Biffi chez Arcana), jusqu’à ce que les perfectionnements techniques fassent naître, quelques décennies plus tard, un modèle de lira plus grand, doté de plus de cordes et donc de capacités musicales nettement augmentées, tenu cette fois-ci entre les jambes, d’où son nom de lira da gamba ou lirone, mentionné comme « venant d’Orphée » par Silvestro Ganassi dans le chapitre 8 de sa Regola Rubertina (1542) où il établit l’antériorité de cet instrument sur le luth en arguant d’un très vague souvenir archéologique. Auréolé de tant références prestigieuses, élément de choix pour la basse continue, le lirone ne verra son étoile pâlir qu’à partir du second quart du XVIIe siècle. Toutes les pièces présentées dans cet enregistrement ne se rattachent certes pas directement au mythe orphique, mais toutes attestent, en revanche, de la pénétration du chant « à la manière d’Orphée » dans des genres aussi différents que les populaires frottole pour le versant profane, et laudes pour le sacré, dont les compositeurs sont, à l’exception de Tromboncino, bien oubliés aujourd’hui, et les savants madrigaux (Striggio, D’India), récitations (outre la Fabula di Orfeo déjà citée, Il Sacrificio d’Alfonso della Viola) et autres essais dans le domaine du proto-opéra (L’Euridice de Caccini), avec, en guise d’envoi, une chanson très raffinée en français signée Jacques Arcadelt, Laissés la verde couleur.

Si j’en avais apprécié l’esprit aventureux et la réalisation soignée, le premier disque du Miroir de Musique consacré à la naissance du violon et paru lui aussi chez Ricercar (RIC 333, 2013) ne m’avait pas totalement conquis ; il lui manquait, à mon goût, une petite étincelle d’émotion pour le transformer en autre chose qu’une splendide réalisation à visée encyclopédique. Dès les premières minutes de Sulla Lira, il apparaît immédiatement que ce pas a été franchi par la petite équipe réunie autour de Baptiste Romain, dont chaque participation à un projet apporte une nouvelle preuve de l’étendue du talent (il est actuellement un des meilleurs spécialistes de la vièle à archet). Il faut dire que tous les participants non seulement connaissent les exigences du répertoire de la Renaissance et du premier Baroque et en maîtrisent le style d’exécution au-delà de l’application hâtive de quelques recettes, mais qu’ils s’investissent dans la réussite de ce projet avec une ferveur et une humilité qui changent agréablement de certaines démonstrations qui ne révèlent que les limites de ceux qui s’y livrent. Les deux chanteurs sont remarquables, et j’ai eu grand plaisir à retrouver María Cristina Kiehr, dont je suis la carrière depuis une vingtaine d’années, dans un répertoire mieux adapté à ses moyens vocaux actuels que d’autres où elle s’est imprudemment risquée. Le Miroir de Musique Projet Sulla LiraMalgré la patine du temps, le charme de son timbre si particulier, qui happe l’auditeur tout en instaurant une certaine distance avec lui, opère toujours et il a, par bonheur, conservé une bonne part de sa luminosité et toute sa fluidité. Je ne connaissais pas Giovanni Cantarini, mais je dois avouer que la qualité de la prestation de cet élève de Dominique Vellard et Gerd Türk m’a pleinement convaincu ; sa voix possède ce qu’il faut de chaleur pour retenir l’attention, toute la souplesse et la solidité souhaitables pour répondre sans effort apparent aux impératifs techniques des partitions, mais ce qui frappe surtout est l’attention que le ténor porte aux textes dont il parvient à rendre les nuances expressives et la poésie avec une précision et une implication également admirables. Du côté des instrumentistes, l’excellence est également au rendez-vous, qu’il s’agisse du luthiste Julian Behr, accompagnateur attentif et discret dont on sent bien que le soutien est ici essentiel, ou des chevilles ouvrières que sont Brigitte Gasser au lirone et à la basse de viole et Baptiste Romain à la lira da braccio et au violon, qui font tous deux preuve d’intelligence, d’inventivité mais également d’une grande sensibilité dans la conduite de leurs parties. Sous leur archet, les cordes frottées savent prendre le discours à leur compte, en varier les couleurs et les atmosphères, le porter pour le rendre formidablement ardent, rêveur, emporté ou nostalgique, et si je devais résumer d’un mot ce qui fait la réussite de cette anthologie, je pense que je choisirais volontiers celui d’alchimie — une alchimie toute orphique, naturellement.

 

À ceux qui ne craignent pas d’emprunter des chemins de traverse qui, l’air de rien, les ramèneront à l’essentiel, je recommande ce Sulla Lira qui regorge de surprises et de beautés ; ils y apprendront beaucoup tout en y étant souvent touchés, tant il est vrai qu’ici la tête n’oublie jamais le cœur. On attend avec beaucoup de curiosité les futures propositions du Miroir de Musique, car il semble évident que cet ensemble est de ceux qui savent, avec modestie et brio, entraîner l’auditeur vers des voies aussi singulières qu’éclairantes.

 

Sulla Lira Le Miroir de Musique Baptiste RomainSulla lira, la voix d’Orphée

Le Miroir de Musique :
María Cristina Kiehr, soprano
Giovanni Cantarini, ténor
Brigitte Gasser, lirone & basse de viole Renaissance
Baptiste Romain, lira da braccio & violon Renaissance
Julian Behr, luth Renaissance & chitarrone

Wunder de Wunderkammern1 CD [durée totale : 65’04] Ricercar RIC 354. Wunder de Wunderkammern. Ce disque peut être acheté chez votre disquaire ou en suivant ce lien.

Extraits choisis :

1. Alessandro Demofonte ( ?- ?), Vidi, hor cogliendo rose
(Frottole libro septimo, Venise, 1507)

2. Giacomo Fogliano (1468-1548), Vengo a te, madre Maria
(Laude libro secondo, Venise, 1508)

3. Francesco Corteccia (1502-1571), O begli anni de l’oro
(Musiche fate nelle nozze dello Duca di Firenze, Venise, 1539)

Illustrations complémentaires :

Artiste anonyme italien, dernier quart du XVe siècle, Orphée s’accompagnant au luth, enluminure tirée d’un manuscrit de l’Énéide de Virgile (Livre VI), Ms. 0837, f. 161v, Valence, Université, Bibliothèque historique

Artiste anonyme allemand, Nuremberg, Orphée charmant les animaux, c.1520. Plume et encre noire sur papier, 9,5 x 7,3 cm, New York, The Metropolitan Museum

7 Comments

  1. Un regard plus doux que perçant … ce jeune homme serait-il tenté de décocher une flèche ? Arc … archet … quand j’aurai écouté et lu, j’imagine traduire autrement. 🙂

    • La dangereuse beauté de l’archet courbe, bien chère Marie 😉

      • En regardant mieux les détails, ce jeune homme n’a pas l’esprit serein, il a brisé deux cordes (tellement fines) et ne peut plus jouer. Le positionnement des mains m’intriguait, une logique m’échappait. Il serait souhaitable que les chants laissent des traces en nos mémoires.

        • Deux cordes brisées sur un instrument de musique et c’est le genre de la Vanité qui s’invite dans le portrait, bien chère Marie. Peut-être le secret du caractère un peu désincarné du jeune homme s’explique-t-il par le fait qu’il ait rejoint une autre dimension, et ce tableau serait donc, dans cette optique, destiné à faire mémoire. Dans cette chronique, tout est décidément question de traces.
          Merci à toi.

  2. Bon les mystères de l’informatique, je recommence mon commentaire :
    La fête des mamans a un petit côté mélancolique parce que hélas.. mais quelle consolation cette belle chronique, et ces extraits et illustrations .Je prends toujours autant de plaisir à te lire et à écouter ce que tu proposes.
    Je suis allée aussi écouter « Fermate il passo » quelle beauté, voix et musique sont un enchantement, j’ai écouté plusieurs fois, tu sais ce sont ces musiques, telle que celle-ci que tu as du mal à quitter, tu dois comprendre et vivre je le sais ces moments là .
    Sache que j’ai « goûté » chaque mot de ta chronique et écouté avec ravissement les extraits. Ce moment que tu nous offres, c’est comme le « cochon qui rit » , c’est le lâcher prise garanti 🙂 et de cela aussi je te remercie.
    La promenade fut très agréable , l’odeur des bois, les ptites fleurs, des plaisirs simples qui me ravissent .
    Belle soirée à toi Jean-Christophe et je t’embrasse bien fort 🙂

  3. Et le citron dans tout cela ? Une utilité pour les cordes ??? Un sens symbolique ? Evidemment nous ne pouvons pas savoir ce, celui ou celle qui est hors champ, sous ou face à cette fenêtre, néanmoins … ce pourrait être chacun de nous qui regardons ?

    Vous allez nous décrypter tout cela.

    Musique qui garde son pouvoir ensorceleur…

    Je me demande si une autre figure mythologique a été autant annexée qu’Orphée… Drôle de façon de tenir cette viole à bras, qui risque fort de souffrir encore plus … … …

    • Un citron acide et doux comme la vie elle-même, Michèle, afin de faire écho à la dimension de Vanité de ce tableau ? Ou simplement une touche de couleur pour servir de contrepoint aux autres ? Ou un peu de rondeur dans un cadre strictement géométrique ? Je soupçonne tout ceci de se croiser, mais il faudrait en savoir un peu plus sur la destination de ce mystérieux portrait nimbé d’irréalité pour être plus précis.
      Comme je l’ai dit récemment à un de mes amis qui a, sur mon conseil, fait l’acquisition de ce disque, il fait partie des réalisations à combustion lente : il s’installe en prenant son temps et vous aimante ensuite au point de vous faire souvent revenir vers lui; un enregistrement qui restera quand bien d’autres auront été oubliés.
      Merci pour votre commentaire !

Comments are closed.

© 2017 Wunderkammern

Theme by Anders NorenUp ↑