Wunderkammern

Trouvailles pour esprits curieux

Les heurs sombres. Mark Lanegan Band, Gargoyle

« The dark is my delight, so is the nightingale ;
My music’s in the night, so is the nightingale’s. »
John Marston (1576-1634), The Dutch Courtesan, c.1604

Constantin Brancusi (Hobitza, Roumanie, 1876 – Paris, 1957),
Rapace en vol, Roumanie, 1937-38
Épreuve gélatino-argentique, 23,8 x 29,9 cm, Paris, Centre Pompidou
© Georges Meguerditchian / Centre Pompidou, MNAM-CCI

 

Avec son titre aux consonances d’inspiration aussi médiévale que les lettres qui le forment et la frise toute de pointes hérissées de ce qui pourrait être, par exemple, la partie supérieure d’une grille de clôture qui orne sa pochette, le nouvel et dixième album solo de Mark Lanegan, Gargoyle, annonce sans ambages la couleur sombre du périple qui attend l’auditeur et les périls qui le guettent comme « une gargouille perchée sur une flèche gothique » (Blue Blue Sea).

« Wild thing », les deux mots qui ouvrent la première chanson du disque, Death’s Head Tatoo, mordent sans attendre et instillent un venin qui va se diffuser à tout ce qui suit en sinuant dans une veine familière au musicien, qu’il s’agisse d’affronter ses démons intérieurs sous les différentes formes qu’ils revêtent (Nocturne est ainsi une errance nervalienne hallucinée où sensations et images se bousculent au point de s’enchevêtrer, le blues inquiétant et un peu détraqué de Sister fait la part belle aux apparitions sylvestres que suscite la drogue tandis que Drunk on Destruction décrit l’émiettement et l’anéantissement provoqués par l’alcool), d’endurer les soubresauts d’amours douloureusement éprouvées (le bourdonnement lancinant et vénéneux de Behive) ou l’inextinguible solitude qui demeure un des fils conducteurs de cette réalisation (le blafard First Day of Winter et le paradoxalement – et donc d’autant plus inquiétant – presque sautillant et sardonique Emperor). Volontiers tourmenté et orageux, Gargoyle laisse tout de même filtrer quelques timides éclaircies, comme l’élégie aux diaprures automnales de Goodbye to Beauty qui délaisse momentanément l’électricité pour des sonorités acoustiques plus chaleureuses et Old Swan, chanson de repentance et de rédemption dont l’adjectif « clean » sur lequel elle commence et s’achève renforce encore la dimension cathartique après le ballottement imposé par tant d’épreuves crânement affrontées.

Mark Lanegan s’est ici entouré de deux collaborateurs qu’il connaît bien, le producteur Alain Johannes, déjà présent sur plusieurs albums dont l’immédiat prédécesseur, le brillant et plus délié Phantom Radio, et le bassiste britannique Rob Marshall, rencontré en 2008 et retrouvé pour ce projet ; ils ont cosigné et enregistré l’intégralité des morceaux avec lui, justifiant l’appellation de Band mentionnée sur la pochette. Tous trois ont fait le choix de l’immédiateté plus que de la ciselure et d’une mise en son compacte qui renforce la tension émotionnelle et l’atmosphère plombée de morceaux soutenus par des rythmiques au caractère et à l’avancée souvent implacables. Une telle entreprise ne serait pas complète si quelques fantômes ne la traversaient pas ; celui qui s’impose le plus immédiatement est celui de Joy Division dans Nocturne, jusque dans la sonorité évoquant vaguement la production de Martin Hannett, mais on trouvera également d’autres réminiscences qui ramènent à l’ambiguïté de la première moitié de la décennie 1980, comme celles de Killing Joke ou, plus étonnamment, de U2 (période The Unforgettable Fire). La voix cuirée et râpeuse de Lanegan, cabossée par ses excès et pourtant toujours ductile, joue évidemment pleinement, et de façon plus appuyée que sur le plus insidieux Phantom Radio, la carte de la ténèbre brumeuse, enveloppante, équivoque dans son mélange de menace et de séduction.

Si Gargoyle, malgré son choix d’un ton plus direct et tranchant, se place plutôt du côté de la permanence d’un style et des thématiques abordées que de celui d’une franche évolution ou d’une métamorphose, il sait capturer de façon à la fois allusive et percutante les lueurs parfois effrayantes d’un moment du temps guetté par un chaos avec lequel les désordres d’une âme désertée par la paix tissent un fascinant jeu de miroirs. Il ne faut pas craindre de s’immerger dans cet horizon chargé de nuées fuligineuses en espérant que le mince rai de lumière qu’elles laissent encore filtrer n’est ni un mirage ni l’ultime brasillement qui précède l’extinction.

Mark Lanegan Band, Gargoyle 1 CD/LP Heavenly recordings/[PIAS]

Extraits choisis :

1. Nocturne
Écrit et composé par Mark Lanegan & Rob Marshall

2. Goodbye to Beauty
Écrit et composé par Mark Lanegan & Rob Marshall

10 Comments

  1. Michelle Didio

    3 mai 2017 at 07:56

    Ce chemin musical me plaît avec le désir de rester accrochée au rai de lumière qui filtre à travers la grande obscurité, cher Jean-Christophe. Belle journée. Bien amicalement.

    • Tout comme vous, chère Michelle, je veux rester fixé sur l’espérance malgré les ténèbres qui menacent de toutes parts et me souvenir de ce vers d’Edmond Rostand : « C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière. »
      Je vous remercie d’avoir offert de votre temps à cette chronique buissonnière et je vous souhaite belle soirée et bonne fin de semaine.
      Bien amicalement.

  2. Claude Amstutz

    3 mai 2017 at 09:21

    Impressionnant, ce « Nocturne »… Sur le Net, j’ai retrouvé deux de ses chansons que j’avais aimées auparavant: « One Way Street » et « Pendulum ». La voix de Mark Lanegan me rappelle un autre interprète entendu autrefois, mais dont je ne me souviens pas, là maintenant. Merci Jean-Christophe pour ce nouveau chemin de traverse, et bonne journée à vous.

    • Je suis tout à fait d’accord avec vous, Claude, quant au caractère impressionnant de Nocturne, dont l’atmosphère prend vraiment à la gorge. Peut-être la voix de Mark Lanegan vous rappelle-t-elle celle de Nick Cave (que j’apprécie beaucoup également) ? Je les trouve relativement proches, en tout cas.
      Je reviendrai dans quelques jours vers des terres plus classiques, mais parler de cet album-ci au moment où certains repères commencent à vaciller m’a semblé nécessaire.
      Je vous remercie pour votre mot et vous souhaite bonne soirée et agréable fin de semaine.

  3. Odile Torregrossa

    3 mai 2017 at 10:03

    Merci pour cette découverte. Belle journée.

  4. Bonsoir cher Jean-Christophe

    Une chronique et de la musique dans l’air du temps…………….. Une chronique à laquelle il n’y a rien à ajouter, tout est dit, et bien dit , Mark la menace ……………..

    Un peu surprenant Mark Lanegan au départ, mais une fois que l’on a mordu à l’hameçon impossible de s’en décrocher.
    J’aime les voix « cabossées  » oui vraiment , cela ajoute un p’tit quelque chose .

    Dis-moi, peux-tu s’il te plait m’éclairer sur le mot « heur » comment dois-je le comprendre, ?Parce que pour moi ce mot est lié au bonheur, à la chance ? Alors les heurs sombres ?
    Mais peut-être que ma mémoire me fait défaut. Merci !

    Merci pour ce moment, merci pour ta chronique, pour la musique, pour le temps passé.

    Je t’embrasse bien fort et te dis à très vite.

    • Bonsoir chère Tiffen,
      Les cieux sont plombés et Dieu sait ce qu’il vont faire pleuvoir sur nous; en tout cas, la situation n’est pas particulièrement rassurante.
      Le mot « heur » est neutre, en fait, et c’est pour cette raison que j’ai pu l’associer à l’adjectif « sombre », ce qui, je te l’accorde, peut surprendre au départ. Et cette ambiguïté est exactement ce que je voulais traduire, car elle me semble au cœur de cet album. J’espère que ces deux extraits t’auront donné l’envie d’en découvrir plus de la production de Mark Lanegan, qui est vraiment passionnante.
      Je te remercie pour ton mot et te souhaite une bonne soirée.
      Je t’embrasse bien fort.

      • Merci pour la précision cher Jean-Christophe
        J’ai pu écouter les autres extraits , c’est une belle découverte, je serais tentée de dire ;
        Encore !!
        Quant aux élections, je me garderai bien d’en parler, je suis en overdose. J’ai juste peur .
        Je te souhaite une belle journée .
        Je t’embrasse bien fort.
        Tiffen

        • Je t’en prie, chère Tiffen. Je constate que tous ceux qui ont pris du temps pour cet album, voire pour explorer un peu avant, m’ont dit qu’il y avaient trouvé leur compte.
          Pour le reste, plus que 24 heures et nous saurons à quelle sauce nous serons mangés; espérons qu’elle ne sera pas trop amère.
          Je te souhaite bonne soirée et t’embrasse bien fort.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

© 2017 Wunderkammern

Theme by Anders NorenUp ↑