Wunderkammern

Trouvailles pour esprits curieux

Pourquoi Wunderkammern

Wunderkammer /ˈvo͝ondərˌkämər/ c’est, au sens propre du terme, une « chambre des merveilles », un lieu privilégié où l’on expose les trésors que l’on a rassemblés et que l’on estime dignes de l’attention des visiteurs. Chaque rubrique de ce blog, dont l’essentiel de la substance est constitué par des chroniques musicales, se veut un cabinet de curiosités en soi-même où le lecteur trouvera des recensions de disques « classiques » récents ou plus anciens, de concerts, de livres mais également des billets consacrés à la peinture ou à des répertoires hors « classique » (pop, rock).

Les fichiers musicaux publiés sur Wunderkammern le sont avec l’accord des éditeurs. Ils ne sont ni téléchargés, ni téléchargeables.

Adresse de contact : contact.wunderkammern@gmail.com

Merci de votre visite.

14 Comments

  1. Quel plaisir de poursuivre l’aventure de la découverte et du partage sur ce nouveau blog…
    Je me réjouis à l’avance de faire partie des lecteurs et auditeurs privilégiés pour lesquels vous développez tant d’ingéniosité dans le contenu et la présentation de vos chroniques.
    Un esprit curieux et avide de merveilles!!!

    • Quel plaisir pour moi de savoir que vous serez du voyage, Thomas, et je me réjouis bien sincèrement de vous retrouver ici ou là au détour d’une chronique qui vous aura donné plus d’envie que d’autres de vous exprimer. Savoir que l’on est attendu serre un peu l’estomac (on craint toujours de ne pas être à la hauteur), mais constitue également une formidable motivation pour avancer.
      Merci à vous.

  2. Petit lexique à l’usage des explorateurs de merveilles. Indispensable et combien de curieux ? laisser un petit mot dans le tiroir avant de finir le jour, je reste incorrigible. 😀

    • Il fallait bien exposer le projet, chère Marie, afin que nul ne puisse me reprocher de l’avoir pris en traître 😉 Continue à être incorrigible, c’est ainsi que tu es formidablement vivante.

  3. PACQUIER Alain

    18 janvier 2015 at 14:49

    Je viens de lire avec intérêt et beaucoup de plaisir votre critique sur notre CD Mozart, si remarquablement interprété par Aline Zylberajch et Martin Gester. Ces grands artistes méritaient bien un tel coup de chapeau. Quant à l’éditeur – que je représente ici – il aimerait pouvoir partager la réelle histoire de ses difficultés actuelles, nées des agissements de la firme à laquelle il a confié voici plus d’un an par contrat de licence la valorisation et la distribution de son catalogue; laquelle firme semble plus soucieuse d’enterrer notre beau label que de le valoriser…
    Une histoire à suivre donc.

    Alain Pacquier

    • Cher Monsieur,

      C’est un honneur pour moi de vous lire ici et je tiens, au nom de tous ceux qui, comme moi, auront pris plaisir à l’écoute de ce disque Mozart, à vous remercier d’avoir permis qu’il existe.
      Pour le reste, je prends contact avec vous au plus vite pour que nous puissions en discuter plus longuement en privé.

      Bien cordialement.

  4. Patrick Mouchette

    17 juin 2015 at 09:41

    Je vous découvre par hasard sur la toile et suis émerveillé par vos propositions, vos commentaires et la gravité de leur délicatesse.
    Je postulerai donc qu’il n’y a pas de hasard, qu’il n’y a que des rencontres dont nous devons affirmer la nécessité.
    Cordialement

    • Je me dis également très souvent qu’il n’y a pas de hasard et, tout comme vous, je crois aux rencontres avec un lieu, une œuvre, une personne qui surviennent quand l’heure est venue et pour eux et pour nous.
      Je vous remercie non seulement d’avoir poussé la porte de ce lieu mais aussi d’avoir eu l’élégance de laisser trace de votre visite. Puisse ce que vous avez trouvé ici vous avoir donné l’envie d’y revenir quelquefois.
      Bien cordialement à vous.

  5. Je connaissais « Passée des arts » et viens de découvrir cette autre… »revue », tant votre mise en page, vos illustrations ont pour moi le goût des belles revues sur papier précieux.C’est un vrai plaisir de vous lire, de découvrir éventuellement de nouveaux disques, de nouveaux ensembles.Voici un miracle d’Internet : le partage généreux de quelques-uns avec quiconque veut bien les lire.Merci.

    • Bonjour Christiane,
      Wunderkammern est la suite de Passée des arts, avec des possibilités techniques qui m’offrent plus de liberté qu’auparavant, comme, par exemple, d’intégrer au blog les reproductions des tableaux en haute définition, ce qui n’était pas possible avec l’ancienne formule. Un de mes modèles avoués est le magazine Goldberg qui n’existe hélas plus aujourd’hui mais qui était une revue à l’iconographie soignée et au rythme un peu plus lent qu’un mensuel, ce qui lui permettait d’être autre chose qu’un vecteur de simple consommation. Le principe qui me guide est celui de la liberté : je propose ce qui a retenu mon attention et laisse ensuite qui le souhaite en disposer à sa guise, un peu comme une table ouverte.
      Je vous remercie pour l’intérêt que vous portez à mes publications et espère continuer à le mériter.

  6. Un très beau voyage dans le temps, richement illustré, tant du point de vue sonore que pictural ! Même si le répertoire de la musique ancienne n’est pas mon répertoire de prédilection, je reste stupéfait par sa grande qualité : les extraits proposés sont vraiment éloquents et la démarche « éditoriale » remarquable !

    • Merci beaucoup, Diablotin. Je suis ouvert à un certain nombre d’univers en dehors de la musique ancienne (je suis une artiste comme PJ Harvey depuis ses débuts, par exemple), mais tout ne se voit hélas pas ici, faute de temps pour pouvoir traiter de tous les sujets qui me touchent.
      Je suis allé faire un tour chez vous et ai apprécié la diversité qui y règne, parfait reflet du terme d’atelier que vous avez choisi.

  7. Il a fallu plusieurs mois pour comprendre que l’essentiel n’était pas de toucher du doigt ce que j’ignorais (pratiquement tout ce qui est proposé) mais ce que j’allais découvrir. Wunderkammern est un hôtel particulier qui s’étend à chaque parution, meublé avec goût et grand soin, un cabinet de curiosités en marqueterie avec plein de cachettes secrètes dont il faut trouver la clé – les clés – des tiroirs, ensuite c’est le trésor à partager … et retenir. 😀

    • Si tu savais combien ce que tu écris me touche, bien chère Marie, et comme il est bon de voir sa démarche réellement comprise. En lisant tes mots me vient à la mémoire, par pleine bouffées, l’odeur miellée de la cire utilisée pour l’entretien d’un lieu cher à mon cœur, le Musée de l’Œuvre Notre-Dame. Pour tout ceci, un grand merci.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

© 2017 Wunderkammern

Theme by Anders NorenUp ↑